L’immense réussite de l’inventeur d’Apple peut-elle nous aider à dégager des principes éducatifs pour accompagner nos enfants vers leur propre réalisation ? Dans son discours devant les jeunes diplômés de la prestigieuse université de Stanford en 2005, Steve Jobs dégage les grands principes pour s’accomplir dans la vie et réaliser ses rêves. Je raconte par écrit et en vidéo !

Réussir sa vie signifie avoir atteint le bonheur et se sentir accompli. Les exemples de vies réussies m’ont toujours fascinée. Je suis bien souvent surprise par les récits de parcours. Nous nous imaginons la plupart du temps que les plus grandes réussites sont issues de parcours en ligne droite, suivis avec raison par des élèves modèles : scolarité brillante => grandes écoles => choix stratégiques… En réalité, les véritables histoires d’accomplissement sont souvent bien éloignées de cet imaginaire collectif. Ce sont les doutes, les échecs, les changements radicaux de vie, les coïncidences ou encore les intuitions qui ont permis à ceux qui ont réussi de trouver leur voie et de donner du sens à leur vie.

Je vous propose de nous intéresser à un exemple de parcours atypique qui a conduit à l’un des plus grands succès planétaire. C’est celui de Steve Jobs, inventeur et co-fondateur d’Apple. Steve Jobs résume, dans son discours donné à Stanford en 2005 (que vous pouvez lire et voir en cliquant sur le lien), trois événements de sa vie qui ont changé son histoire. De ces récits se dégagent trois principes essentiels pour apprendre à nos enfants à s’accomplir et à révéler leur potentiel.

Réussir à suivre son coeur et son intuition

Réussir sa vie suppose parfois de prendre des décisions irrationnelles. Le premier événement que cite Steve Jobs dans son discours est sa décision de mettre fin à ses études. En effet, après 6 mois de Reed College il décide d’abandonner. A l’époque il est jeune, il ne sait pas du tout ce qu’il souhaite faire dans la vie, et ne trouve pas la motivation pour poursuivre alors qu’il n’a pas réellement d’objectif. D’autant plus que ses parents adoptifs consacrent toutes leurs économies à financer ses études, celles-là mêmes qui lui semblent si dénuées de sens.

En cessant de poursuivre l’obtention d’un diplôme, le jeune Steve Jobs va se sentir enfin libéré de toute obligation et ne va alors suivre que les cours qui l’inspirent et l’intéressent réellement. Il se retrouve sans argent, il dort par terre et ne mange qu’un repas complet par semaine. En dressant un bilan de sa vie, Steve Jobs reconnait que cette période fut la plus enrichissante de sa vie. Il a découvert des choses qu’il n’aurait jamais approché s’il avait suivi la voie toute tracée qui lui était destinée. Il s’est par exemple passionné pour un cours de calligraphie qui sera déterminant pour son apport d’une typographie élégante dans ses futurs Macintosh.

Il en conclut une règle toute simple, qui doit nous inspirer pour accompagner nos enfants à réussir leur vie : il n’est pas possible d’établir de lien évident entre les différentes choses qui nous passionnent et nous prennent toute notre énergie à l’âge où nous nous laissons portés par nos découvertes, nos intuitions ou encore nos passions. Mais un jour, tous ces intérêts prennent sens et cohérence et deviennent les pièces d’un seul et même puzzle.

computer-627220_1280

Imaginez que vous ayez un très faible revenu et que vous ayez passé des années à économiser pour financer à votre fils des études dans une grande université américaine, afin de lui assurer un avenir. Comment auriez-vous réagi s’il avait tout laissé tomber pour suivre son propre chemin ? Pourtant, Steve Jobs représente l’un des exemples les plus brillants d’une carrière réussie.

Ainsi, il est bien plus important en tant que parent d’apprendre à nos enfants à suivre leurs envies, à trouver ce qui les fait vibrer, les passionne, ce qui leur permet de se dépasser, de trouver une vraie motivation profonde, d’acquérir de nouvelles connaissances et compétences. Nous devons pour cela les aider à se libérer des parcours pré-établis, des schémas conformistes. Nous devons les accompagner pour qu’ils soient libres, qu’ils soient eux-mêmes, et qu’ils avancent en confiance. Chaque être est unique et donc chaque parcours est unique. Il n’est pas possible de réussir sans se sentir aligné avec soi-même, sans répondre à cette petite voie intérieure qui guide chacun de nos pas vers notre plein accomplissement :

“Je le répète, il est impossible de faire le lien en regardant vers l’avenir, on ne peut le faire qu’en regardant en arrière. Vous devez donc croire dans le fait que les liens se feront dans le futur, d’une manière ou d’une autre. Vous devez aussi croire en quelque chose – vos tripes, le destin, la vie, le karma, peu importe. Cette approche ne m’a jamais déçu, et cela a fait toute la différence dans ma vie.” (Steve Jobs, discours à Stanford, 2005)

Trouver sa propre voie pour réussir son projet de vie

A 20 ans, le jeune Steve Jobs crée Apple dans le garage de ses parents. En 10 ans, Apple est devenue une entreprise de 4000 employés, d’une valeur de deux milliards de dollars. A trente ans, à la suite de désaccords profonds avec l’un des dirigeants qu’il a recruté, Steve Jobs se fait renvoyer par le Conseil d’administration de l’entreprise qu’il a lui-même créée.

Steve Jobs explique qu’après une grande remise en cause, cet événement lui a permis de se libérer du poids du succès, de redevenir un étudiant avide d’apprendre, de progresser et de recommencer à zéro avec la conscience qu’il était toujours amoureux de ce qu’il fait et que rien en pourrait changer cela. Il créé alors deux entreprises qui connaitront un succès planétaire, NeXT et Pixar, ce qui lui permettra de faire son Come Back triomphant chez Apple.

Que retient Steve Jobs de cette expérience ? Son message est de ne jamais perdre confiance, quelques soient les épreuves. Mais pour parvenir à trouver cette force intérieure, il est essentiel de pouvoir s’accrocher à l’amour que nous portons à ce que nous faisons, à nos projets, à nos idées. L’amour seul peut permettre de traverser les épreuves de toute carrière.

Pour que nos enfants puissent demain affronter toutes les batailles qui les attendent dans leur parcours professionnel, ils doivent d’abord et avant tout trouver ce pour quoi ils auront des raisons de ne jamais abandonner. Il doivent avoir trouvé ce qui les anime tant que rien ne saura leur enlever la rage de réussir.

enfant-potentiel-coeur

“Votre travail va remplir une grande partie de votre vie, et la seule façon d’être pleinement satisfait est de faire quelque chose que vous estimez important. Et le seul moyen de faire quelque chose d’important est d’aimer ce que vous faites. Si vous n’avez pas encore trouvé, continuez à chercher. Ne vous arrêtez pas. C’est comme l’amour, vous saurez quand vous le trouverez. Et, comme dans toutes les formidables relations, ça ne fait que s’améliorer au fur et à mesure des années. Alors continuez à chercher jusqu’à ce que vous trouviez. Ne vous arrêtez pas.”(Steve Jobs, discours à Stanford, 2005)

Nous avons un rôle éducatif de première importance à jouer pour encourager la réussite de vie de nos enfants. Nous devons les aider à trouver leur voie, par tous les moyens. Observons-les pour comprendre ce qui les rend heureux, ce qu’ils aiment faire plus que tout. Encourageons-les à s’épanouir dans les domaines qui les attirent et à se donner les moyens de devenir des experts de ces domaines. Invitons-les à identifier leurs centres d’intérêts, leurs désirs, même s’ils ne correspondent pas vraiment à ce que nous aurions souhaité. En les attirant vers des domaines qui ne sont pas ceux qui répondent à leurs désirs profonds, nous les projetons tout droit vers l’échec. On ne peut réellement réussir en s’efforçant d’être quelqu’un d’autre. C’est impossible.

Vivre pleinement, comme si chaque jour était le dernier !

Pour faire les bons choix et réussir sa vie, il faut avoir conscience de son impermanence. Steve Jobs a connu la  terreur de la mort. Après avoir été diagnostiqué pour un cancer incurable, il a vécu 24H de sa vie avec l’idée qu’il ne lui restait que quelques mois avant de mourir. Finalement, des bilans plus poussés ont ensuite révélé que son cancer était opérable et Steve Jobs a pu être soigné. (il finira par décéder de ce cancer quelques années plus tard). Mais cette expérience lui a permis de comprendre le pouvoir magique de la confrontation avec sa mort. En pensant un instant qu’un jour nous allons mourir, que peut-être ce sera demain, nous devenons automatiquement sincères avec nous-mêmes et nous pouvons découvrir ce qui est réellement important pour nous.

Dans les retraites bouddhistes, les étudiants sont amenés à méditer sur leur propre mort, à prendre conscience de l’impermanence de la vie, à se donner l’occasion de vérifier qu’ils sont bien en accord avec ce qu’il y a de plus authentique en eux. Gandhi écrivait “Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.”

eduquer-enfant-réussir

Malheureusement, c’est lorsque nous tombons malades, que nous perdons un être cher, que nous vivons un drame dans notre vie que nous nous révélons à nous-même. Nous nous découvrons alors et réalisons que les buts que nous avons poursuivis pendant des années n’étaient pas ceux qui nous conduiraient au bonheur.

Les enfants doivent pouvoir par tous les moyens réveiller cette intuition profonde qui sommeille en eux. Cela suppose bien entendu un travail pour gagner confiance en soi et se sentir lumineux. En suivant son coeur, ses passions, ses convictions, il sera en mesure le jour venu de se dire : oui, je suis fier de ce que j’ai vécu, et si je devais recommencer, je refer ais exactement la même chose, et je ne regrette pas d’avoir consacré ma vie entière à ce qui est au plus profond de moi ce qui compte le plus.

Votre temps est limité, alors ne le gâchez pas à vivre la vie de quelqu’un d’autre. Ne vous enfermez pas dans un dogme, qui serait de vivre selon les résultats de ce que pensent d’autres. Ne laissez pas le bruit de l’opinion des autres noyer votre voix intérieure. Et, encore plus important, ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. Ils savent déjà, d’une certaine manière, ce que vous voulez réellement devenir. Tout le reste est secondaire.”(Steve Jobs, discours à Stanford, 2005)

Voila les réflexions que j’ai envie de partager avec vous et que m’a inspiré le discours de Steve Jobs à Stanford. Pour conclure, Steve Jobs conseille aux brillants étudiants auxquels il s’adresse dans ce discours “Soyez avides, soyez fous !”. Alors éduquons nos enfants pour qu’ils restent toujours insatiables, curieux, dévoreurs de découvertes et de connaissances. Et aidons-les à avoir cette part de folie en eux qui permet de s’aventurer vers de nouveaux chemins, de sortir des dogmes pour se trouver soi-même ! Alors réussir sa vie ne serait-ce pas tout simplement apprendre à être heureux ?

Et vous, que vous inspire son histoire ? Partagez vos impressions dans les commentaires et cheminons ensemble !

Partager l'article
  • 4
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
Total
1
Shares
error: Content is protected !!