Temps Calme et Activités Zen pour les Tout Petits

J’ai animé un Atelier Bout de Choux dont le thème était “Temps calme et Activités zen” pour les tout petits. Je vous raconte les différents jeux zen et de relaxation que nous avons partagés pour se calmer et se détendre. La séance était d’une durée de 40 min.

L’objectif de ces séances est d’offrir aux enfants de 4 à 6 ans un instant de paix et de détente, comme dans une bulle, où l’enfant peut libérer les tensions et les émotions, revenir à lui-même, se recentrer et exprimer ses ressentis.

Chaque partie de la séance permet à l’enfant de travailler intérieurement sur un plan différent :

  • La relaxation de la bougie imaginaire favorise le calme mental à travers une pratique de méditation dite avec support : la respiration devient l’objet de focalisation et permet aux tout petits, à travers l’image ludique de la bougie qui danse, de ramener en soi l’esprit dispersé. Vous pouvez aussi puiser dans mon article sur les exercices de respiration pour les enfants pour trouver d’autres idées amusantes pour se calmer en respirant!
  •  Le massage des petits lutins favorise la détente du corps et permet de se libérer des crispations accumulées. En touchant et en massant les parties de son corps, l’enfant développe la conscience de son enveloppe corporelle, en explore ses contours, et se concentre sur les sensations corporelles. Pour aller plus loin dans l’exploration du corps, je vous conseille la séance d’éveil corporel que je vous ai détaillée dans l’article consacré à ce thème.
  •  Les grimaces des émotions permettent de découvrir le monde des émotions, à les identifier et à comprendre comment elles agissent sur notre corps. Notre visage n’est pas le même si je suis joyeux ou en colère ! A travers ce petit jeu zen, les enfants prennent un peu de distance par rapport aux émotions, et intègrent qu’ils sont comme des masques que nous pouvons mettre et enlever. Vous pouvez compléter cet échange en leur montrant une petite vidéo du Pingouin Zen sur la gestion des émotions.
  • L’histoire dont je suis le héros favorise la confiance en soi en permettant aux enfants de comprendre qu’ils peuvent agir sur l’environnement et sur les situations. Ils sont capables d’améliorer leurs vies en puisant dans leurs ressources intérieures. C’est le principe de la relaxation créative.
  •  La bonne intention à la fin de cette petite séance ouvrira leur coeur et développera le sentiment d’empathie et de bienveillance.

J’ai essayé donc d’imaginer une séance de relaxation assez complète, qui traverse de nombreux thèmes pour être zen et confiant.

Avant d’entrer dans le détail de cette séance, je vous rappelle que j’offre à tous mes lecteurs les petits cahiers d’activité pour enfants zen et épanouis ainsi que mon pack de découverte de la méditation avec les vidéos du Pingouin Zen. Vous pouvez utiliser tous ces outils pour inventer d’autres séances zen et de relaxation, alors récupérez-les maintenant en notant simplement l’adresse mail à laquelle vous souhaitez les recevoir !

Petite relaxation “La bougie imaginaire”

J’ai d’abord accueilli avec les enfants cette petite séance par une mini relaxation qui permet de se retrouver, de faire le calme en soi et de se préparer pour les activités de détente et de bien-être.

Nous avons commencé par joindre nos mains paume contre paume. Je leur ai parlé sur un ton volontairement bas, calme et lent. Les points en suspension signifient que je laisse un petit temps de silence :

“Je suis ravie de partager avec vous cette petite séance de détente et de jeux calmes pour se sentir bien, tranquilles et détendus… Nous bougeons toute la journée, faisons des tas de choses qui nous occupent. Nous demandons beaucoup d’énergie à notre corps et à notre esprit. Alors nous pouvons de temps en temps appuyer sur pause… et prendre un peu de temps pour soi, pour respirer, pour observer ou encore pour rêver.

Posez-vos mains sur vos genoux et fermez les yeux avec moi. Imaginez une belle bougie.

Choisissez la forme de bougie que vous voulez… sa taille et sa grosseur… sa couleur. Choisissez s’il y a des paillettes ou des dessins sur cette bougie. Inventez une bougie que vous aimez, et que vous avez plaisir à regarder…

Maintenant imaginez que vous prenez une allumette et que vous allumez la bougie. Une flamme apparaît… Elle est magnifique. Est-elle grande ou petite ? Rouge, orange ou bien jaune ? La flamme bouge-t-elle ? Prenez le temps d’observer…

A présent je vous propose de faire danser cette bougie. Il va donc falloir souffler doucement dessus mais il ne faut pas qu’elle s’éteigne. Je vous montre : J’inspire profondément, je souffle lentement.

Je souffle longtemps mais DOUCEMENT…. TRANQUILLEMENT… CALMEMENT.

Allons-y. Inspire et souffle… (3 à 5 fois). Regarde comme elle danse doucement ! La flamme forme de jolis mouvements et danse dans le vent. Prends le temps de l’admirer !…”

Nous avons Soufflé trois fois sur la bougie. Ensuite, les enfants ont pu rouvrir les yeux. Ils ont pris une feuille et des crayons et chacun a pu dessiner la bougie de son imaginaire. A tour de rôle, nous avons chacun pu faire découvrir aux autres la bougie que nous avions imaginée.

Ce petit jeu permet d’offrir aux tout petits une petite initiation à l’art de la respiration. On apprend, avec l’aide de l’imaginaire, à comprendre qu’il est possible de maîtriser son souffle, de ralentir sa respiration et d’allonger les expirations.

Il peut être intéressant de leur demander s’ils ont pu constater l’effet de cette petite relaxation sur eux :

Je respire plus lentement, je souffle plus longtemps que d’habitude, cela m’a détendu, je me suis calmé …

Petit jeu d’intelligence émotionnelle “Les grimaces des émotions”

J’ai demandé aux enfants s’ils connaissaient des émotions. A chaque fois que les enfants trouvaient le nom d’une émotion (tristesse, colère, frustration, amour, sérénité, dégoût, honte, joie, déception, excitation, surprise…), nous devions tous faire la grimace de l’émotion. Par exemple, au mot colère tout le monde doit froncer les yeux, crisper la mâchoire, serrer les poings….

Ensuite, on peut proposer que chaque enfant à tour de rôle fasse une grimace pour voir si les autres parvenaient à deviner de quelle émotion il s’agit.

Cela permet de connaître les différentes émotions et d’arriver à identifier comment le corps réagit à travers les grimaces.

On peut aussi demander aux enfants s’ils connaissent les expressions que nous disons parfois sur les émotions : être vert de peur ou rouge de colère, être gai comme un pinson, ne plus savoir où se mettre (où se cacher) pour la honte, avoir une peur bleue, être blanc comme un linge, être triste comme un bonnet de nuit, avoir le coeur gros, avoir une boule dans la gorge…

On peut aussi pousser un peu plus loin l’échange en leur demandant qu’est-ce qui les met le plus en colère, ou ce qui les rend le plus joyeux… Cela permet aux enfants d’apprendre qu’il est possible de parler de ses émotions et d’exprimer ce qu’ils ressentent avec des mots. Ce petit jeu permet donc de se sentir plus zen en apprenant à ne pas garder à l’intérieur ce que nous ressentons mais plutôt à l’extérioriser en le nommant verbalement.

Ensuite, j’ai proposé aux enfants de dessiner ce que le mot JOIE évoque pour eux.  C’est un dessin libre, je leur ai expliqué qu’ils pouvaient dessiner ce qu’ils voulaient, juste des formes, des couleurs, quelqu’un de joyeux ou bien une chose qui leur donne de la joie. Et puis chacun à tour de rôle a pu montrer son dessin et raconter ce qu’il a voulu exprimer.

Le massage des petits lutins

J’ai invité ensuite les tout petits à se masser :

Nous allons attraper nos pieds et masser la plante du pied : les orteils, le milieu, le talon, les côtés. Nos pieds nous sont très utiles et nous permettent toute la journée d’être au contact de la Terre qui nous accueille. En marchant sur la Terre, nous pouvons ressentir que nous sommes accueillis sur cette planète, notre maison à tous !

Puis nous allons masser un peu le ventre, tout doucement, en formant de petites spirales depuis notre nombril et en s’éloignant au fur et à mesure pour recouvrir tout notre ventre.

Lorsque nous ressentons des émotions fortes, souvent celles-ci viennent s’installer dans notre ventre et cela forme comme des petits nœuds à l’intérieur. En massant notre ventre, nous pouvons le détendre et enlever toutes les petites crispations. Nous pouvons appuyer en posant notre main à plat et chasser vers l’extérieur la colère, la tristesse, pour se sentir plus léger ! Ah ça va mieux !

Maintenant, nous allons masser un peu notre coeur et nos poumons. D’abord avec des petits cercles puis depuis le centre en partant sur les épaules, de chaque côté, comme si nous dessinions avec les paumes de main un oiseau. Notre coeur et nos poumons travaillent même lorsque nous dormons ! Ils ne s’arrêtent jamais et méritent que nous les remercions. Merci notre coeur, merci nos poumons, de nous permettre de respirer et d’être vivants !

Enfin, nous allons masser notre crâne, le sommet de notre corps, là où il y a notre cerveau. C’est grâce à notre cerveau que nous pensons mais c’est aussi le commandant de tout notre corps ! Mais parfois il y a tellement d’activité là-dedans, tellement de pensées et d’émotions qui s’agitent et s’entremêlent qu’on a l’impression que notre tête va éclater ! Alors frottons avec le bout des doigts comme pour faire un shampoing, le shampoing de notre esprit ! ça fait du bien de nettoyer là-dedans et d’enlever toutes les pensées. On peut repartir à zéro !

Renforcer la confiance en soi avec “l’histoire dont je suis le héros”

L’imagination est un outil précieux pour aider les enfants à se calmer mais aussi créer des stratégies pour résoudre les problèmes du quotidien.

En effet, en imaginant des situations, ils peuvent apprendre à mieux observer leur environnement mais aussi à s’adapter aux situations. Agir positivement dans la vie nécessite d’avoir le sens de la créativité et de l’innovation pour être capable d’inventer des solutions. C’est dans cet esprit que j’ai rédigé mon article sur le développement de la créativité des enfants.

Mais revenons à notre temps calme et à ce moment zen. Ici j’ai utilisé l’imaginaire des enfants pour les encourager à devenir les héros des aventures racontées. Je leur propose une situation difficile ou compliquée et tels des aventuriers ils devront utiliser leur courage, leur intelligence et leur sensibilité pour sortir vainqueurs de ces péripéties. En résolvant les problèmes et en sauvant des gens, même virtuellement, ils se sentent plus forts et trouvent le courage ensuite, dans la vie de tous les jours, de se faire confiance et d’agir.

Dans cette séance, l’histoire était la suivante :

Un village vivait dans le calme et la paix. La vie se déroulait tranquillement et tous les habitants étaient heureux. Mais un jour un terrible dragon, féroce et cruel, décida de s’installer dans une grotte tout près du village. Chaque soir il venait dans le village, crachant du feu, écrasant les maisons sous ses énormes pattes et pillant la nourriture des villageois. Tout le monde était terrifié par ce dragon. Plus personne ne dormait la nuit, les écoles ont dû fermer pour ne pas mettre les enfants en danger. Les femmes tentèrent de supplier le dragon de s’arrêter, les hommes construisirent une muraille énorme tout autour du village et les croyants prièrent dieu pour qu’il s’en aille. Mais tous ces efforts furent vains. Et rien n’empêchait le dragon de continuer à agir cruellement.

Trois enfants très courageux considérèrent qu’il n’était plus tolérable de laisser le dragon agir de la sorte et ils décidèrent de sauver leur village (trois dans cet exemple, mais vous ajustez suivant le nombre d’enfants qu’il y a, et vous citez leurs prénoms). Ils se réunirent donc dans leur cabane secrète pour élaborer un plan.”

Là j’ai stoppé le récit puis donner la parole aux enfants pour leur demander ce qu’ils proposent au cours de cette réunion secrète. A tour de rôle chaque enfant peut proposer une solution pour sauver le village.

Ils rassemblèrent tout ce qui était nécessaire pour mettre en œuvre les stratégies proposées : les branches et une grande pelle pour le plan proposé par Elias, les ingrédients de la potion magique à fabriquer pour rendre le dragon malade selon le plan proposé par Noémie, les armes prévues par Matthis pour attaquer le dragon… (cela correspond aux idées des trois enfants dans cet exemple). Les trois courageux enfants partirent avec des sacs remplis de matériel pour aller combattre le dragon.

Ils arrivèrent devant la grotte et entrèrent en silence en rasant les parois de l’antre du dragon, tenant une torche allumée pour s’éclairer. Mais ils furent surpris d’entendre d’énormes gémissements accompagnés de pleurs. Ils s’approchèrent prudemment du dragon qui était en sanglot. Ils lui demandèrent ce qui lui arrivaient. Le dragon leur expliqua qu’il faisait peur à tout le monde à cause de son tempérament très nerveux. Qu’il crachait sans cesse du feu, s’en prenait aux autres sans savoir pourquoi et terrifiait les enfants… Pourtant au fond de son coeur il n’avait qu’un seul rêve  : avoir des amis. Il avait tant pleuré que le sol de la grotte était inondé.”

J’ai marqué une nouvelle pause dans l’histoire pour demander alors aux enfants comment réagissent-ils….  A cette étape vous pouvez les aider un peu si besoin mais leur grand coeur leur permet en général de trouver eux-même une issue “bienveillante”. Ils vont proposer leur amitié au dragon pour toute la vie et en échange il devra cesser d’effrayer et d’attaquer quiconque.

Le dragon accepta avec joie et pris les enfants sur son dos. Il les emmena dans la nuit faire une promenade extraordinaire dans les airs. Les enfants pouvaient toucher les étoiles, observer les montagnes qui pointaient à travers l’obscurité de la nuit, ils rencontrèrent des hiboux en vol, des lucioles qui brillaient dans les branches des grands arbres… Le lendemain matin, le dragon les ramena au village. Les enfants expliquèrent toute leur aventure et les villageois accueillirent le dragon. Ils organisèrent une immense fête pour célébrer cette nouvelle amitié et la fin de tous ces malheurs. A compter de ce jour, tous les villageois vécurent à nouveau heureux. Les enfants restèrent amis à jamais avec le dragon.”

Développer un bonne intention

A la fin de l’histoire, j’ai proposé aux enfants de joindre leurs mains tous ensemble et de souhaiter le bonheur à tous les êtres vivants sur cette terre. Que tous puissent être amis, s’entraider et se respecter. Que personne ne se fasse de mal et que chacun puisse vivre en paix.

Et nous avons tous répété ensemble la phrase : “Je souhaite le bonheur à tous les êtres vivants. Je souhaite que les hommes, les plantes et les animaux soient en paix”.

Voici donc une séance que vous pouvez utiliser pour animer un temps calme avec des jeunes enfants. Ces activités zen et de relaxation leur permettront de se détendre, de calmer leur corps et leur esprit mais aussi de grandir intérieurement. Bonne séance à tous !

Pour vous abonnez au blog et récupérer vos cadeaux bonus gratuits, laissez-moi vos coordonnées !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •